Histoires de radio

Ukraine:
L'échec des transmissions haute puissance de Radio Moscou




Dans les années 70, alors que toutes les stations augmentaient leurs puissances, Moscou a voulu marquer le pas et diffuser vers les États-Unis avec une puissance de 3000 kw et une antenne parabolique multipliant la puissance du signal !



Merci à Rick Slobodian.
L'U.R.S.S. n'avait pas l'habitude de communiquer, encore plus face a un cuisant échec. C'est grâce à Rick Slobodian, un canadien qui a séjourné en Ukraine en août 1998, que nous devons cet intéressant article, rédigé à partir des données recueillies sur place.

Trois émetteurs 1000 kw couplés!
Dans les années 70, des expériences sur le site de l'émetteur ukrainien ont été réalisées en utilisant au départ un de 1000kw qui fut ensuite couplé à un second et pour terminer, ce sont trois émetteurs de 1000 kW en parallèle qui diffusaient en direction de Washington.

Une antenne parabolique!
Vues depuis un avion, l'antenne avait une forme de parabole constituée de treize pylônes verticaux orientés en courbe. Divers dipôles repliés étaient disposés entre toutes ces tours. La bande passante très étroite (environ 3 MHz) mais d'une largeur de faisceau était extrêmement étroite: environ 5 à 10° .
Jamais une antenne n'avait eu de telles performances: le gain obtenu de était stupéfiant 38 dB!

Un signal de référence.
Pour comparer les résultats de la nouvelle installation, un signal de référence a été émis par un émetteur de 1000 kW avec une antenne rideau de 20 dB. Ce signal d'essai a été dirigé vers la région de Washington / New York. Pendant ce temps, des mesures de champs étaient réalisées à Washington.

Les tests de hautes puissances
La nouvelle installation a commencé à émettre avec 1000 kW sur l'antenne parabolique, ce début semblait prometteur et ils ont augmenté progressivement la puissance d'émission en surveillant la force du signal reçu à Washington. En toute logique, l'augmentation de puissance devait entraîner une augmentation de la force du signal reçu. C'était le but poursuivi, que la réception soit aussi bonne et même meilleure que celle des émetteurs locaux des États-Unis ou la puissance était limitée à 50 kw!

Désillusion et consternation.
À mesure que la puissance de l'émetteur d'essai atteignait 2000 kW, ils ont constaté que la force du signal reçu commençait à diminuer. À 3000 kW, le signal reçu était presque disparu.

Mais pourquoi?
Des sondes radio et des satellites ont ensuite été envoyés pour analyser le signal et l'ionosphère.
Ce qu'ils ont trouvé était surprenant. Avec une puissance apparente rayonnée qui arrivait à 11541 kw, grâce au gain de l'antenne, le signal diffusé était d'une telle puissance qu'il chauffait l'ionosphère un point de laisser passer les ondes vers l'espace au lieu de les réfléchir vers les États-Unis. Ils ont découvert que la brûlure créait réellement un trou dans l'ionosphère.
Ils ont également remarqué que dans la zone du trou ionosphérique avait un effet sur les fronts météorologiques approchant.
Les fronts météorologiques étaient déviés autour de la zone chauffée par l'ionosphère, entraînant des conséquences météorologiques.
D'autres tests ont été effectués sur différentes fréquences pour comprendre l'influence de ces trous ionosphériques en utilisant un second émetteur. Dans ce cas également, le signal reçu était instable en raison du manque de symétrie entre les sauts dans l'ionosphère.

Une installation inutile.
Face à cette échec, le centre émetteur a donc réduit sa puissance et la force du signal reçu s'est améliorée et a fini par avoir une qualité proche du signal de référence sans grande amélioration.
L'antenne parabolique a été modifiée pour diffuser avec faisceau plus large (ouverture de environ 30°) et la gamme de fréquences a été étendue à l'ensemble des ondes courtes de 5,5 à 22,0 MHz.
Le gain de l'antenne à de ce fait été réduit à 29 dB, ce qui reste fantastique.
Le programme d'émetteurs hautes puissances a été annulé et peu de temps après de nombreux ingénieurs ont été mis à pied.
Par la suite, 20 à 30 d'entre-eux ont été autorisés à quitter la RSS d'Ukraine pour se rendre au projet américain HAARP: High frequency active auroral research program, un programme américain à la fois scientifique et militaire de recherche sur l'ionosphère qui a été lancé en 1993.

Le site des émetteurs de Mykolaiv - Luch.
Le site est connu sous 2 noms: Mykolaiv (la ville principale et capitale de l'Oblast) ou de Luch (le village voisin). Il s'étend sur les Oblast de Mykolaiv et de Kherson.
La construction du premier centre émetteur date de 1949 et il a été mis en service en 1953 pour la diffusion internationale.
En 1964, le second centre émetteur a été mis en service pour les besoins de l'agence de presse TASS.
En 1971, une antenne expérimentale du radar Duga y a été installée.
C'est en 1976 qu'a été construit le troisiémme centre émetteur avec l'antenne parabolique.(1 - 2 - 3)
Dans les années 90 le centre n4 a été constrruit (photo du batiment 7).
Les émetteurs servaient principalement pour les émissions vers les Amériques, le Proche et l'Extrème-Orient.
Il servait aussi aux télécommunications, surtout lors de la crise de Cuba en 1964 et pour les premiers vols spaciaux.
Il avait aussi une activité secrête, comme station de brouillage sous le nom code d'objet n°210.

Au nord, l'antenne parabolique qui est aujourd'hui démantelée, mais les traces sur le sol des mats réflecteurs sont toujours visibles (2). Seuls les 2 mats émetteurs sont toujours visibles (1) ainsi que leur centre émetteur au sud de l'antenne.(3)


Au milieu du site, un centre émetteur ondes courtes à l'est (7)
A même hauteur à l'ouest un centre émetteur ondes moyennes (4)
Plus au sud, un site qui aurait servi lors du développement du radar Douga (5)
A l’extrémité sud, un centre émetteur ondes courtes et moyennes (6)


Les coordonnées de Luch-Mykolaïv sont 46°49'22.1"N 32°12'26.3"E

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Seychelles
Soudan
Swaziland
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Georgie
Guam
Iran
Israel
Japon
Kuwait
Mariannes
Mongolie
Pakistan
Palestine
Philippines
Sri-Lanka
Taiwan
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Eléments rayonnants de l'antenne parabolique
- Reste de l'antenne parabolique à gdroite
- Antenne ondes courtes
- Antennes ondes moyennes
- Haut d'une antenne ondes moyennes
- Le plus récent, le centre n°4
- Vue depuis Posad-Pokrovs'ke

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.