Histoires de radio

Tchéquie:
Radio Prague, émetteur libre de Tchécoslovaquie.




A tous ceux qui ont défendu, dans des conditions difficiles et parfois au péril de leur vie, la liberté de l'information et la démocratie en Tchécoslovaquie.



Le 21 août 1968.
C'est journée noire dans l'histoire du monde et de la Tchécoslovaquie en particulier. Au réveil, les tchécoslovaques entendent des bruits de bottes et de chenilles. A travers le monde, les radios annoncent l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes et les blindés Soviétiques et du Pacte de Varsovie pour mettre fin aux réformes démocratiques du Printemps de Prague. Les citoyens choqués sont descendus dans la rue pour protester contre l'invasion. Plus de 100 personnes ont été tuées et 500 ont été blessées. Pour éviter un bain de sang, l'armée tchécoslovaque est restée dans ses casernes.

La prise de la radio.
La prise de la radio, qui était le premier objectif des assaillants, a été retardée par des barrages organisés par les citoyens. Une fois sur place, le personnel de la radio résiste d'une manière héroïque. Československý rozhlas Praha fini par tomber, quinze personnes ont perdu la vie dans la prise de la station.

Des studios muets.
Dans les heures qui ont suivi la prise de la Radio, les forces d'occupation ne peuvent que constater que les liaisons avec les émetteurs se coupent les unes après les autres.
Ils ont pris la radio, mais aucun son ne peut être envoyé aux émetteurs !

Radio Prague continue.
Pire encore pour l'occupant, la radiodiffusion recommence à diffuser depuis d'autres endroits: Le réseau parallèle « Radio Prague, émetteur libre de Tchécoslovaquie » est sur les ondes ! Il diffuse des nouvelles de l'occupation,à l'attention des tchèques mais aussi vers l'étranger.
Au moins trois programmes de Radio Prague Libres étaient sur les ondes dès les premières heures de l'occupation.

Un plan B bien planifié.
Un réseau de radios d'urgence, qui avait été bien organisé, a commencé à prendre forme au fil des jours sur ondes longues, ondes moyennes et ondes courtes.
Les Tchécoslovaques ont continué à utiliser certains des émetteurs de haute puissance des centres émetteurs de Československý rozhlas jusqu'à ce qu'ils soient occupés. Les émissions étaient produites dans des studios clandestins, probablement dans des logements privés ou des véhicules.
On a également évoqué la présence d'un réseau secret d'émetteurs qui avait été mis en place en cas d'invasion du pays par les troupes de l'Otan.
Certains studios et émetteurs ont été saisis, mais les efforts de réduire ce Radio Prague au silence ont échoués.
 

L'armée cantonnée dans ces quartiers.
L'armée devait rester passive, il semble qu'elle a collaboré au fonctionnement du réseau. Des endroit stratégiques, comme la colline de Petrin à Prague, qui abritait le centre de radio communication militaire, disposait d'émetteurs. Peut-être que les recherches organisées à l'occasion des 50 ans du printemps de Prague nous en diront plus car aucune information n'a jamais filtré pendant la guerre froide.

Radio Prague dans le monde.
Radio Prague continue a assurer son service international sur ondes courtes. On est bien loin du Radio Prague qui diffusait plus de 200 h. par semaine d'émissions internationales dans neuf langues, mais le service est assuré : Au 23 août, Radio Prague Libre transmettait régulièrement en tchèque et slovaque, anglais, français, allemand, italien, espagnol et russe.

Le brouillage soviétique dépassé.
Pendant ce temps, les efforts de brouillage organisés par l'Union soviétique contre « Radio Prague, émetteur libre de Tchécoslovaquie » et les émissions de l'Ouest n'ont pas réussi à bloquer les nouvelles de l'occupation.
Il faut savoir que les stations de brouillage avait beaucoup de travail suite à l'augmentation du nombre d'émissions des grands diffuseurs de l'ouest, Radio Europe Libre en tête.
Les émetteurs du brouillage devaient travailler à l'aveugle car ce sont des centres de monitoring locaux qui commandaient habituellement les brouilleurs.

Le rôle des radiodiffuseurs de l'Ouest.
Radio Europe Libre a joué un rôle dans l'information : les émissions des émetteurs libres étaient captées par la station de Schleissheim qui les retransmettait vers les studios RFE/RL de Munich et les autres diffuseurs.
On prête à RFE d'avoir pris la place de Radio Prague pendant un court instant.
Dans toutes les radios, les centres d'écoutes étaient aussi sur les dents : Limours pour l'ORTF, Monza pour la RAI etc.

L'information en Tchécoslovaquie.
Le tchèques n'ont pas manqué d'information, environ 75 pour cent des postes récepteurs étaient conçus presque toutes les bandes de radiodiffusion. De par son emplacement géographique, les citoyens pouvait très souvent recevoir des émissions des pays de l'ouest.
L'information a aussi permis d'éviter une résistance active contre l'occupant et d'éviter des bains de sangs. Les émissions ont développé l'organisation de la résistance passive qui s'est révélée très efficace dans les jours et même les années qui ont suivi.

L'information dans le monde.
A l'étranger non plus, nous n'avons pas manqué d'informations sur la situation, outre les travailleurs de la radio tchèque, qui ont diffusé des nouvelles de l'occupation, la télévision de Prague a montré des troupes soviétiques occupant la ville. Ces programmes ont été diffusés dans toute l'Europe de l'Ouest grâce à Eurovision : Les émetteurs de Bratislava étaient très bien reçus en Autriche.

Une action mal planifiée.
Les Soviétiques ont utilisé certains émetteurs saisis pour relayer les émissions de Radio Moscou en langues tchèque et slovaque dont le volume avait plus que doublé depuis le mois de mai. Radio Mayak a diffusé sur les mêmes fréquences que celles utilisées Prague.

La « Normalisation ».
Dans un premier temps, lors du retour de Moscou du Président Alexander Dubcek, tout est rentré dans l'ordre et le personnel de Radio Prague a repris le travail. Je me souvient d'une lettre que m'a adressé Jan Vinar, le directeur du service français de Radio Prague me relatant la situation et m'envoyant une carte QSL des émissions de Radio Prague Libre.
Dans les semaines suivantes des centaines d'employés ont été forcés de quitter la radio en raison de leurs opinions politiques et pour leur collaboration à l'émetteur libre de Radio Prague.
Les apparatchiks communistes ont pris le relais. Ceux qui n'ont pas quitté le pays ont été forcés de suivre la ligne du parti ou de vivre en clandestinité, harcelés par le redouté service secret. 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Afrique-du-Sud
Algerie
Ascension
Benin
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Mali
Maroc
Rwanda
Sahara
Seychelles
Somalie
Soudan
Swaziland
Togo
Zambie
Amérique
Anguilla
Antigua
Argentine
Bonaire
Bresil
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Hawai
Honduras
Mexique
Montserrat
Venezuela
Asie
Afghanistan
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Emirats-Arabes
Georgie
Guam
Inde
Israel
Japon
Kazakhstan
Kirghizistan
Kuwait
Malaisie
Mariannes
Mongolie
Oman
Pakistan
Palestine
Philippines
Singapour
Sri-Lanka
Tadjikistan
Taiwan
Thailande
Yemen
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Autriche
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Hongrie
Irlande
Islande
Italie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Slovenie
Suede
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
Cook-Islands
New-Zealand
Nouvelle-Caledonie

Légendes des photos.

-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.