Histoires de radio

Russie:
Ostankino, la tour de la télévision à Moscou




La tour de télévision d'Ostankino porte le nom du quartier nord de Moscou dans lequel elle fut construite.



Le symbole de la grandeur de l'U.R.S.S.
Inaugurée en 1968, elle culmine à 540 m de hauteur (antenne comprise) et a un poids de 55.000 tonnes. C'est la plus grande tour de Russie et une des plus grandes au monde.
Le permis de construire a été accordé en 1959 et les travaux ont débuté en 1963.
A l'époque brejnevienne, elle devait être construite en toute hâte pour pouvoir être inaugurée à temps lors de l'anniversaire de la Révolution d'Octobre. Elle a été inaugurére finalement le 5 novembre 1967.
La tour a été construite comme station émettrice de radio et de télévision d'All-Union. Elle appartient maintenant appartient l'Entreprise fédérale unitaire Réseau russe de télévision et de radiodiffusion .
Outre sa vocation de tour émettrice, elle était incontestablement le symbole de la grandeur de l'U.R.S.S. et de son avancée technologique. C'est plus de 10 000 spécialistes de divers domaines ont participé à sa construction.

Des émetteurs à plus de 400m de haut.
Immédiatement après la mise en service, quatre émissions de télévision et trois programmes de radio ont été diffusés. C'était la première fois dans le monde où les émetteurs de radio et de télévision étaient situés, non pas à proximité ou au bas de la tour, mais au sommet de l’intérieur de la structure.

L'incendie d'août 2000.
Un violent incendie dû à un court-circuit s'est déclaré dans la tour de télévision d'Ostankino le 27 août 2000 faisant trois morts et interrompant la diffusion des émissions sur Moscou et la banlieue.
Les pompiers de Moscou n'ont réussi que le lendemain après-midi à maîtriser totalement l'incendie. La stabilité de la tour inquiète. Le gouvernement ordonne un périmètre de sécurité autour de la tour.
La catastrophe tombait très mal : A une période où le socialisme est remis en question, les Moscovitches ont peur d'une mise hors service définitive et la fin de la télévision gratuite car des rumeurs circulent qu'il est peu probable que l’on en revienne à la situation antérieure.
Diverses formules pour rendre les chaînes payantes sont à l'étude: abonnements, redevance, cotisation proportionnelle au salaire, etc.

L'envers du décor.
Les langues se délient alors: l'accident a confirmé ce que beaucoup d'experts avaient prédit: l'édifice souffrait de graves défauts en matière de sécurité : la tour ne disposait d'aucune infrastructure d'évacuation et de protection anti-incendie. Elle aurait été construite pour résister à des vents de seulement 150 km/h.
Depuis 1980, la sécurité au sein de l'édifice est au centre d'un interminable contentieux entre le Ministère des télécoms et le service de lutte contre les incendies. Un contrôle a même conclu à l'arrêt impératif.. mais aucune des recommandations n 'a été suivie d'effets.
Pire encore, la tour d'Ostankino a été singulièrement alourdie par l'installation au début des années 1990 de nombreux relais supplémentaires dépendant des nouvelles chaînes locales ou privées de télévision et de radio.
Au fil des ans, les services de communication gouvernementaux et militaires son, eux aussi, venus surcharger la construction et il a fallu ajouter plusieurs étages intermédiaires.
En 2003, de nouvelles antennes sont installée, sans augmenter la hauteur car il y a toujours des risques pour la structure en cas de vents très violents.
En 2013 Ostankino a été équipée pour la diffusion numérique.

1000 visiteurs y montent chaque jour.
Pour la visite, il vaut mieux ne pas prendre l'escalier de service en colimasson, il y a 1756 marches ! Par contre les ascenseurs sont impressionants : 3 ascenseurs sont réservé aux visiteurs atteignent des vitesses allant jusqu'à 7 m / s et ont une capacité de charge de 1000 kg. Il ne faut que 58 secondes pour atteindre la plate-forme supérieure !
Un ascenseur supplémentaire est dédié au restaurant : il accélère à 4m/s seulement. Il est destiné au transport des plats entre la cuisine et le restaurant. Sa charge est de 500 kg.
D'autres ascenseurs sont utilisés comme monte-charge pour le service et un autre déssert les étages techniques des salles d'émission.
Les machineries des ascenseurs sont installées à 360 et 364 mètres, bonne chance pour l'intervention du réparateur, éspérons qu'il ne lui manque pas une pièce après avoir monté les 1756 marches.

Un potentiel touristique important.
A 90 m. une terrasse extérieure ouverte donne déjà le frison aux visiteurs.
Le restaurant « Le 7ème ciel » accueille 172 couverts, répartis sur 3 niveaux à 328 m., 331 m. et 334 m.
Au dessus du restaurant, à 337 m., se trouve la plate-forme principale et son complexe multimédia interactif. Ceux qui aiment encore plus de frissons peuvent marcher sur les sols en verre de la terrasse d'observation.
En cas de tempête l'oscillation du sommet de la tour peut atteindre 12 m.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Afrique-du-Sud
Algerie
Ascension
Benin
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Mali
Maroc
Rwanda
Sahara
Seychelles
Somalie
Soudan
Swaziland
Togo
Zambie
Amérique
Anguilla
Antigua
Argentine
Bonaire
Bresil
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Hawai
Honduras
Mexique
Montserrat
Venezuela
Asie
Afghanistan
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Emirats-Arabes
Georgie
Guam
Inde
Israel
Japon
Kazakhstan
Kirghizistan
Kuwait
Malaisie
Mariannes
Mongolie
Oman
Pakistan
Palestine
Philippines
Singapour
Sri-Lanka
Tadjikistan
Taiwan
Thailande
Yemen
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Autriche
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Hongrie
Irlande
Islande
Italie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Slovenie
Suede
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
Cook-Islands
New-Zealand
Nouvelle-Caledonie

Légendes des photos.

-
-
-
-
-
-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.