Histoires de radio

Pologne:
Devinez qui a la plus longue ? Konstantynow !




Une antenne de 646 mètres de haut construite pour Polskie Radio en 1974.



La recherche du gigantisme pendant la guerre froide.
Le 30 juillet 1974, les médias annoncent la mise en service par d'un impressionnant centre émetteur radio moderne, comme il n’en existait aucun autre à l'échelle mondiale.
Le centre émetteur de Konstantynów près de Gabin fait même l’objet d’un timbre-poste spécial.
Cet énorme investissement a été réalisé dans le cadre du 30ème anniversaire de la République populaire polonaise.
 
Qu’est que ce centre avait d’extraordinaire.
Le centre était équipés d'émetteurs suisses de Brown Boveri diffusant sur 224 kHz grandes ondes. Mais le plus extraordinaire était l'antrenne: une réalisation extraordinaire, fièrté  de l’industrie sidérurgique polonaise.
Un mat omnidirectionnel en treillis d’une hauteur de 646 mètres et d’un poids de 420 tonnes. C’est deux fois la hauteur de la Tour Effel mais l’ensemble repose sur un isolateur de 120 kV composé de trois colonnes, chacune se composant de deux isolants de deux mètres de haut posés l'un sur l'autre. Il n'y avait jamais eu une structure isolée de la terre avec une hauteur comparable.
L’antenne a fait son entrée dans le Livre Guinness des Records en tant que bâtiment d'ingénierie le plus haut du monde aux côté de la tour de Dubaï. 
 
Une inauguration en grandes pompes.
Le 30 juillet 1974, Konstantynów a été mis en service, toutes les autorités du pays étaient présentes dont, un membre du Bureau politique du PZPR, le Premier ministre Piotr Jaroszewicz, le ministre des communications Edward Kowalczyk et le premier secrétaire du Parti ouvrier unifié polonais Kazimierz Rokoszewski.
Après la période d'essai, la radio a été solennellement ouverte un peu plus tard et les constructeurs ont reçu de hautes décorations.
 
Une prouesse technique.
La tour radio de Varsovie était une construction en tubes d'acier, constitués de triangles équilatéraux entrecroisés, de 4,8 mètres de côté. Les tubes d'acier principaux, formant l'extérieur de la construction, avaient un diamètre de 245 millimètres ; leur épaisseur variant en fonction de la hauteur (entre 8 et 34 millimètres). Le mât était composé de 86 éléments, chacun d'une longueur de 7,5 mètres.
Elle était haubanée à cinq hauteurs différentes avec trois câbles de 5 centimètres de diamètre. Chaque câble était fixé sur un bloc d'ancrage séparé. Pour que les haubans ne provoquent pas d'interférences avec les ondes radios, ils furent isolés à intervalles réguliers. Le seul poids des haubans, de leurs ancrages et des isolateurs atteignait 80 tonnes.
À l'intérieur du mât se trouvait un ascenseur, qui permettait l'accès aux lampes de signalisation pour la sécurité aérienne. Cet ascenseur avait une vitesse maximale de 0,35 m/s, et le trajet entre la base de la tour et son sommet prenait trente minutes
 
Les 646 mètres de l’antenne s’écrasent
Le 8 août 1991, l’antenne de 646,38 mètres de la radio polonaise à Konstantynów s’est effondrée après 17 ans d’existence. Le Chef du centre de radiodiffusion à Konstantynów déclare : « Le 8 août 1991 à 19 h 10, la plus merveilleuse création de pensée technique polonaise, érigée par des spécialistes polonais, a cessé d'exister. ».
La fièreté du pays était atteinte, surtout qu'un journaliste osé écrire : « Le record de Guinness est tombé à terre. Et j'ajoute que l'intervention des gens l'a aidé. ». A l'époque, c'était la pire déclaration qu'un journaliste d'un pays de l'Est puisse faire! 
 
Les résultats de l’enquête.
Selon le procureur chargé de l'enquête, le désastre du mât a été provoqué par plusieurs erreurs commises lors des travaux de rénovation. La rénovation du mât a été effectuée sans permis de construire. Formellement, l’entrepreneur n'avait pas le droit de mener ce type de construction.
L’affaire s’est terminée par deux condamnations avec sursis, mais pour de nombreuses personnes associées à des émissions de radio, cette conclusion n’est pas sans équivoque.
Bien entendu, il fallait trouver un responsable et ne pas mettre en cause le Génie polonais !
 
Que s’est-il donc passé ?
En réalité, l’accident a eu lieu pendant des travaux d’entretien : Lorsqu’un l’on procédait au remplacement des haubans du niveau supérieur de la structure.
Au lieu d’amener les différents haubans à leurs points d’attaches au même moment, l’entrepreneur a déplacé les haubans un à un. En fin de journée, un des haubans était toujours le long de la structure. La traction engendrée par le poids des haubans supplémentaires, alors qu’ils n’étaient même pas tendus a suffit pour que l’édifice s’écrase comme un château de cartes.
 
Un triste bilan.
Il faut dire que, comme beaucoup de construction dans le pays de l’Est, la qualité laissait à désirer : le mât était dans un état technique épouvantable et le désastre était inévitable.
Un "Rapport sur l'état technique des objets de grande hauteur" a été élaboré en décembre 1982, il se résumait essentiellement à la protection contre la corrosion et à la mesure de la verticalité des mâts.
Un autre rapport réalisé en 1988 est plus éloquent :
  • Lors de l'inspection, en particulier dans la partie haute, il n'y avait pas de revêtement anti-corrosion, ni de peinture.
  • Endommagement de la plupart des résistances de fuite ainsi que des structures de fixation des haubans.
  • Dégâts causés à 7 isolateurs
  • Dommages aux haubans les plus élevées dans toutes les directions, à 13 endroits, cassant très sévèrement les fils des câbles.
En résumé : il semble que la catastrophe était inévitable.
 
Garantir les grandes ondes.
Après l'effondrement du mât radio, dans l’attente d’une reconstruction, l'organisme de radiodiffusion polonais a utilisé l'ancien  émetteur de Raszyn et son antenne de 335 mètres, près de Varsovie, pour l'émission du programme en ondes longues.
Comme les émissions sur grandes ondes sont d'une importance spéciale pour les Polonais expatriés à l'étranger, le gouvernement polonais a projeté de reconstruire le mât de Konstantynów dès avril 1992, et la décision de lancer le projet a été prise en septembre 199. Bien que quelques travaux aient été effectués, comme la rénovation des anciennes fondations de la tour, qui devaient être réutilisées, la reconstruction a dû être annulée en raison des protestations violentes des gens vivant à proximité.
 
Un nouveau centre émetteur.
Un nouvel emplacement a été trouvé sur un camp militaire abandonné, au sud-est de l'émetteur de Solec Kujawski où en 1999 un nouvel émetteur Thomcast grandes ondes de 1200 kW sur 225 kHz a été construit,
 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Afrique-du-Sud
Algerie
Ascension
Benin
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Mali
Maroc
Rwanda
Sahara
Sao-Tome
Seychelles
Somalie
Soudan
Swaziland
Togo
Tunisie
Zambie
Amérique
Anguilla
Antigua
Argentine
Bonaire
Bresil
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Honduras
Mexique
Montserrat
Venezuela
Asie
Afghanistan
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Emirats-Arabes
Georgie
Inde
Israel
Japon
Kazakhstan
Kirghizistan
Kuwait
Malaisie
Maldives
Mongolie
Oman
Ouzbekistan
Pakistan
Palestine
Philippines
Singapour
Sri-Lanka
Tadjikistan
Taiwan
Thailande
Turquie
Yemen
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Autriche
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Hongrie
Irlande
Islande
Italie
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Norvege
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Slovenie
Suede
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
Cook-Islands
Guam
Hawai
Mariannes
New-Zealand
Nouvelle-Caledonie
Palau

Légendes des photos.

-
-
-
-
-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
Si vous ne souhaitez pas qu'une photo soit publiée j'invite l'auteurs et la personne photographiée à me contacter par mail: michel chez fremy.be .