Histoires de radio

France:
Radio Toulouse




La première entreprise de Jacques Trémoulet, bien avant Radio Andorre.



Le début d'un empire.
Jacques Trémoulet, journaliste de l’agence de presse Fournier s’associe avec Léon Kierzkowski, un vendeur de récepteurs radio à galène installé rue de Metz. Quelques semaines après le Docteur Saint-Béat les retrouve.
Les trois hommes lancent deux sociétés : « La Radiophonie du Midi » est officiellement présentée comme un syndicat de radiophiles présidé par le Docteur Saint-Béat, et « Le Radiogramme » un journal hebdomadaire pour annoncer les futurs programmes radio.
Ils bénéficient de nombreux soutiens du monde politique, du commerce et de l'agriculture.
Décrocher une autorisation.
La Radiophonie du Midi  demandent, dès 1923, l'autorisation de se livrer à des émissions expérimentales, ce qui leur est refusé. Pendant environ deux années, ils renouvellent régulièrement leurs sollicitations, sans succès.
Trémoulet et Kierzkowski mettent en service un émetteur sans même attendre l'autorisation.
Dans leurs soutiens, il y a aussi la CFR qui met à disposition un émetteur de 1,5 kW qui sera installé sur la colline de Balma.
L'antenne en T est soutenue par deux pylônes de 35 mètres.
Le studio est installé dans l’arrière-boutique de Kierzkowski, rue de Metz. Les installations sont reliées par un circuit téléphonique des P.T.T.
Un animateur qui deviendra célèbre.
La première émission est sur les ondes le 16 avril 1925 sur 425 mètres. Elle est animée par Jean Roy, le célèbre speaker de la station.
Dès 1925, les PTT mettent Radio-Toulouse en demeure de cesser ses émissions. Faute de soutien politique, l'administration peut tout au plus refuser, parfois, les lignes téléphoniques pour les retransmissions.
1er avril 1925, changement de ministre des PTT. Aussitôt, le 15 avril 1925 l'autorisation est accordée,
La puissance de l'émetteur sera augmentée à 2 kW l'année suivante et à 3 en 1927 pour passer ensuite à 5 kW.
Un sens commercial développé.
Jacques Trémoulet et Radio Toulouse perçoivent des recettes publicitaires importantes. L'argent est réinvesti dans le rachat d'autres stations dont Radio-Agen. Il est en négociations avec bien d'autres, comme Radio-Limoges.
Alors que l'Etat ne s'était pas préoccupé de la radio en province, il voit d’un mauvais œil le développement de Radio-Toulouse et veut reconquérir le marché. Il charge les P.T. T. de lancer sur Toulouse sa radio Toulouse-Pyrénées.
La guerre des stations.
Des moyens importants sont mis en œuvre : Le 27 avril 1926, la station des PTT commence ses essais sur 400 mètres. Une longueur d'onde proche de Radio Toulouse pour créer du brouillage ou simple coïncidence ?
Radio-Toulouse descend alors à 298 mètres, les PTT suivent et se placent sur 300 mètres : nouveau brouillage.
Tous les coups sont permis pour assoir les radios des PTT.
Il n'y a pas que sur les longueurs d'ondes que Toulouse-Pyrénées suit Radio-Toulouse. Dans les captations extérieures aussi : Si Radio-Toulouse demande un circuit téléphonique pour une captation extérieure, Toulouse-Pyrénées est informée et s'invite à la fête. Une autre fois les PTT refusent tout net d'accorder les lignes téléphoniques nécessaires à la retransmission.
Pour contourner la difficulté, Radio-Toulouse installe un émetteur ondes courtes, sur les lieux des spectacles retransmis.
Ces émissions sont alors brouillées par un émetteur inconnu... les PTT ?
Pourquoi ce duel à mort?
En vertu du décret-loi de 1926, l'une des stations devrait absorber l'autre. Le choix n'était pas encore fait entre Radio-Toulouse et Toulouse-Pyrénées. C'est le meilleur qui doit gagner! Au cours de cette période de mise en place d'un puissant réseau d'Etat, les postes privés s'efforcent par tous les moyens d'assoir leur position.
Trémoulet veut se diversifier  et crée en 1930, une société pour exploiter le poste Radio-Bordeaux-Sud-Ouest.
Radio-Toulouse, qui diffusait avec 8 kW sur 385 mètres, s'installe en 1933 au château d’Enjaux, à Saint-Agnan, près de Lavaur, dans le Tarn avec l'autorisation d'exploiter avec huit kW. Progressivement l'émetteur augmente sa puissance pour diffuser avec soixante kilowatts sans le déclarer. Les pylônes font 250 mètres.
Légalisation et... taxation.
Les postes privées sont assujettis à une taxe de contrôle de 200 francs par an et par kilowatt. Après plusieurs contestations La Radiophonie du Midi doit payer pour Radio-Toulouse 6200 F pour une puissance d'alimentation estimée à 30 kW.
Suite à l'établissement du plan de Lucerne, Radio Toulouse doit changer de fréquence. C'est l'occasion de lui infliger d'autres contraintes : Un décret signé le 20 décembre 1933 précise que :
« Art. 1er - A dater du 15 janvier 1934, les stations de radiodiffusion privées autorisées à titre précaire et révocable à fonctionner dans la bande de fréquence de 550 kC/s à 1500 kC/s devront avoir les fréquences suivantes : … Radio Toulouse 895 kHz 355,6m.… »
Main mise sur l'info
En 1938, le Gouvernement a pris des mesures instaurant un contrôle permanent des informations des postes privés. Ils sont tenus de diffuser les informations du réseau d'Etat et de retransmettre certaines émissions en langues étrangères.
Radio-Toulouse touchera néanmoins 571 250 F en compensation
Une grande régie publicitaire.
Trémoulet et Kierzkowski crée une régie publicitaire Radio-Information qui commercialise la publicité en France de : Radio-Ile-de-France, Radio-Toulouse, Bordeaux-Sud-Ouest, Radio-Agen, Radio-Méditerranée, Radio-Montpellier et en Belgique de Radio-Anvers, Radio-Ardennes, Bruxelles Conférences, Radio-Gand, Radio-Chatelineau et Radio-Liège.
Trémoulet se rend compte que l'âge d'or de la radio privée en France touche à sa fin et dans l’hypothèse où il ne pourrait plus continuer ses activités, il lance en 1939, une radio périphérique en Andorre, Radio-Andorre.
La station sous l'occupation.
Ce fut une sage décision que de s'internationaliser, car le plan de mobilisation prévoyait la fermeture des postes privés. Au dernier moment il a été modifié: Le réseau privé est frappé de réquisition.
Pendant la guerre, grâce à l'appui de Laval, Trémoulet obtient l'autorisation des Allemands de synchroniser trois postes privés : Agen, Toulouse et Radio-Méditerranée et d'émettre jusqu'à 24 heures malgré l'interdiction des ordonnances allemandes qui fixent à la tombée du jour, la fin des émissions. Il peut également construire un deuxième émetteur, dit Radio-Toulouse II, et un émetteur ondes courtes.
En 1943, il y a trois émetteurs : Radio-Toulouse 1 60 kW 328,60m, Radio-Toulouse II 250 w 241,09m et Radio-Toulouse onde courte 1,5 kW
La collaboration ne s'arrête pas là : Radio-Révolution, destinée à combattre la radio de Londres, BBC et France Libre, utilise les installations de Radio-Toulouse qui touche par ailleurs de Vichy une subvention pour la diffusion des informations officielles.
L'après guerre.
1944, c'est la fin de Radio Toulouse comme radio privée: l'émetteur privé, est endommagé par les allemands, mais
les émissions peuvent reprendre peu après avec le personnel de la Radiodiffusion française. Tous le personnel qui avait été engagé par Jacques Trémoulet étant licencié. Jacques Trémoulet est poursuivi, il conservera Radio Andorre et développera des stations à l'étranger.
 
 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Afrique-du-Sud
Algerie
Ascension
Benin
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Mali
Maroc
Rwanda
Sahara
Sao-Tome
Seychelles
Somalie
Soudan
Swaziland
Togo
Tunisie
Zambie
Amérique
Anguilla
Antigua
Argentine
Bonaire
Bresil
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Honduras
Mexique
Montserrat
Venezuela
Asie
Afghanistan
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Emirats-Arabes
Georgie
Inde
Israel
Japon
Kazakhstan
Kirghizistan
Kuwait
Malaisie
Maldives
Mongolie
Oman
Ouzbekistan
Pakistan
Palestine
Philippines
Singapour
Sri-Lanka
Tadjikistan
Taiwan
Thailande
Turquie
Yemen
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Autriche
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Hongrie
Irlande
Islande
Italie
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Norvege
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Slovenie
Suede
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
Cook-Islands
Guam
Hawai
Mariannes
New-Zealand
Nouvelle-Caledonie
Palau

Légendes des photos.

-
-
-
-
-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
Si vous ne souhaitez pas qu'une photo soit publiée j'invite l'auteurs et la personne photographiée à me contacter par mail: michel chez fremy.be .