Histoires de radio

France:
La radio de l'armée royale canadienne en France




Bien plus discrète que l'AFN, la radio de l'Armée Royale Canadienne était aussi présente en France.



Lors du début de la guerre froide, l'Otan a été créé et la France a accueilli sur son territoire national des bases militaires américains et canadiens.

Les militaires américains se déplaçaient avec leur station de radiodiffusion. Les canadiens étaient beaucoup plus discrets et l'initiative à débuté plus tard. Beaucoup l'on oublié mais nous avons eu 3 émetteurs de radio canadiennes installées en France.

La volonté de créer un réseau radio.

L'initiative revient au le Ministère de la Défense qui souhaitait disposer d'un Réseau des Forces canadiennes (CFN) pour assurer un rôle social et d'information pour le personnel en opération à l'étranger. Il disposaient du support du service du Nord et des Forces armées de la société Radio-Canada pour les émissions en ondes courtes et du service de transcription qui fournissait des programmes sur bandes. Par contre, à part la diffusion des bandes et la retransmission de RCI en ondes courtes aucune structure professionnelles n'existait en France sur le terrain.

Les instructions arrivent en France

La Radio de l'Armée canadienne Europe (CAE) doit être créée par les bases de l'armée.

1953, à Marville, la station CFNY commence à fonctionner sur 1640 Khz avec environ 10 watts. Faute de moyens elle diffusait de 18h00 à 24h00 dans les premiers jours. Elle était installée à proximité de la caserne de Marville.

1954, au mois de décembre à Grostenquin, une seconde station a débuté ses émissions: CFGT, elle utilise un émetteur de 10 watts sur 1620 Khz.

On a jamais eu d'explications sur le choix de fréquences supérieures à 1600 Khz, juste au dessus de la bandes des ondes moyennes.

Deux hypothèses ont été citées : Les émetteurs étaient des émetteurs de récupération que possédait l'armée et qui ne couvraient pas les bandes de radiodiffusion ou le choix a été fait afin de ne pas émettre dans une bande de radiodiffusion afin de contourner le monopole de la radiodiffusion. C'est la technique utilisée en Belgique où les stations de l'armée occupaient la bande de 104 à 108 Mhz.

Les parents pauvres de la radiodiffusion.

Contrairement aux américains de l'AFN et aux britanniques de la BFBS, la Radio de l'Armée canadienne Europe ne disposait que de très maigres moyens. Les stations œuvraient dans le plus grand amateurisme.

C'était des initiatives locales au niveau des bases, sans coordination et dont la gestion était confiées à des militaires bénévoles aidés de civils, dont des enfants de militaires et même de voisins français.

Les émetteurs diffusaient sans bases légales et disposant d'un accord tacite de la France. Ils affichaient leurs indicatifs canadiens.

Les programmes reprenaient en partie de émissions en différé de Radio Canada sur ondes courtes et des « productions locales», principalement en anglais, mais aussi en français pour les Canadiens francophones.

Tournée d'inspection.

Deux ans plus tard, le ministère de la défense du Canada débarquent en Europe, accompagné d'experts de la Société Radio-Canada. Ils frôlent l’infarctus en voyant la situation. Le rapport est accablant : programmes médiocres, installations déplorables, couverture et auditoire plus que confidentiel.

Suite à ce rapport, c'est l'ensemble des stations de l'armée canadienne en Europe qui est visée par un grand plan de restructuration ou plutôt d'organisation car rien n'existait.

Restructuration ou plutôt organisation car rien n'existait.

Nous sommes au début des années 60. Un centre bien équipé est installé à Werl en Allemagne et l'armée à la volonté d'y réaliser un programme de qualité par des professionnels de la radio.

Les programmes devront être diffusés par toutes les stations de l'armée, aussi bien en Allemagne qu'en France. On doit laisser juste une possibilité de décrochage limité !

Fini aussi les vieux émetteurs ondes moyennes. La diffusion FM a été adoptée : Grostenquin sur 96 Mhz et Marville sur 95 Mhz. Un émetteur a été installé à Metz pour couvrir le quartier général, il a diffusé sur 93,3 Mhz (Château de la Miséricorde) .

Le retrait de la France de l'Otan.

En 1967, la France annonce son retrait de l'Otan. Les bases militaires étrangères doivent également la France, c'est le cas de la R.C.A.F. pour l’État Major de Metz et les aérodromes de Marville et Grostenquin.

Comme des cantinières, les émetteurs Radio CAE suivent leurs troupes vers l'Allemagne !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Afrique-du-Sud
Algerie
Ascension
Benin
Botswana
Burundi
Canaries
Congo-RDC
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Mali
Maroc
Rwanda
Sahara
Sao-Tome
Seychelles
Somalie
Soudan
Swaziland
Togo
Zambie
Amérique
Anguilla
Antigua
Argentine
Bonaire
Bresil
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Guyane
Hawai
Honduras
Mexique
Montserrat
Venezuela
Asie
Afghanistan
Armenie
Chine
Coree-du-Nord
Coree-du-Sud
Emirats-Arabes
Georgie
Guam
Inde
Israel
Japon
Kazakhstan
Kirghizistan
Kuwait
Malaisie
Mariannes
Mongolie
Oman
Pakistan
Palestine
Philippines
Singapour
Sri-Lanka
Tadjikistan
Taiwan
Thailande
Yemen
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Autriche
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Hongrie
Irlande
Islande
Italie
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Moldavie
Monaco
Norvege
Offshore
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Slovenie
Suede
Suisse
Tchequie
Ukraine
Vatican
Océanie
Australie
Cook-Islands
New-Zealand
Nouvelle-Caledonie

Légendes des photos.

-
-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
Si vous ne souhaitez pas qu'une photo soit publiée j'invite l'auteurs et la personne photographiée à me contacter par mail: michel chez fremy.be .